Des dirigeants d’entreprises, hommes politiques et représentants institutionnels de l’Andorre et de l’Espagne ont abordé vendredi 9 Juin à Madrid les opportunités et les défis pour l’Andorre dans l’accord d’association avec l’Union Européenne, dans le cadre des troisièmes conférences Investissements et Affaires en Andorre. L’événement a rassemblé 200 personnes, pour la plupart des dirigeants d’entreprises espagnols et andorrans et des membres du corps diplomatique de différents pays.

Le ministre aux Affaires Étrangères d’Andorre Gilbert Saboya et l’ambassadeur d’Espagne en Andorre, Manuel Montobbio ont inauguré les conférences. Saboya a souligné que « l’accord d’association serait pour l’Andorre un moyen de se projeter dans un avenir plein d’opportunités pour nous. L’Union Européenne et l’Andorre ont une volonté sans équivoque de continuer à négocier l’accord d’association », et a ajouté que « c’est une bonne occasion pour les deux parties de montrer que l’UE et les trois micro états sont en mesure de parvenir à un accord dans les prochaines années. Il est clair que cela représente un défi majeur, mais nous avons des exemples concrets de pays de notre taille qui ont réussi des accords similaires, comme dans le cas du Liechtenstein “.
 
Saboya: « L’engagement dans l’accord d’association est parfaitement aligné avec le processus de réformes »
Le ministre aux Affaires Étrangères a également rappelé que « l’engagement dans l’accord d’association est parfaitement aligné avec le processus de réformes, qui seraient en fait dénués de sens sans la possibilité de visualiser quelque chose de spécifique dans les années à venir ». Il a reconnu que: « nous sommes bien conscients que le processus de négociation est long, complexe et difficile, et il nous faut l’intelligence, de nous tous, pour trouver l’équilibre entre la participation dans le marché intérieur et le respect de nos particularités. A travers la volonté politique, pendant quatre ans, nous avons pu mener les réformes à terme. Et seule la volonté politique fera que les négociations se concrétisent ».
 
Dans son discours, Saboya a aussi positionné l’Andorre comme une destination privilégiée pour les investisseurs internationaux et de tester des projets innovants. A titre d’exemple, il a rappelé le réseau d’accords pour éviter la double imposition en vigueur avec les principaux pays voisins, et qui se poursuit avec de nouveaux Etats signataires. Il a également informé de la hausse de la masse salariale et du PIB Andorran pendant les quatre dernières années.
 
Montobbio « L’accord de partenariat devrait être la deuxième grande transformation d’Andorre contemporaine »
L’ambassadeur d’Espagne en Andorre, Manuel Montobbio a remarqué que « le fait que, dans ces temps de changements, un pays comme l’Andorre relève le défi de faire partie du marché intérieur, et de partager avec nous ce projet européen,  est une bonne nouvelle pour la construction européenne » et a décrit la négociation de l’accord d’association comme « la deuxième grande transformation de l’Andorre contemporaine » après l’adoption de la Constitution en 1993.
 
Ana Palacio «L’Espagne est particulièrement intéressée par la participation d’Andorre dans le marché intérieur européen “
La conférence principale a été donnée par l’avocat et ancienne ministre des Affaires Étrangères de l’Espagne, Ana Palacio, qui a fait un examen de la situation politique actuelle en Europe et de l’approche de la Principauté par rapport à l’UE. Palacio a certifié que « l’Espagne a un intérêt particulier à la participation d’Andorre sur le marché intérieur européen, même si la réalité de ses caractéristiques devrait moduler autour de certains aspects spécifiques. » Son intervention a été animée par Jaime Garcia-Legaz, Président Directeur Général de Compañía Española de Seguros de Crédito a la Exportación (CESCE).
  
Maerten « L’Europe fera tout son possible pour parvenir à un accord bénéfique pour l’Andorre »
Claude Maerten, chef de négociation adjoint de l’accord d’association entre Monaco, l’Andorre et San Marino, a participé au débat sur l’accord d’association entre l’Andorre et l’Union Européenne. Maerten et Saboya ont coincidé sur le fait que « pour l’Andorre c’est une occasion spéciale pour accéder au marché unique de l’UE et pour développer le potentiel de son économie. Et non seulement l’Andorre peut bénéficier de l’Union, mais d’autres marchés de l’UE pourraient bénéficier aussi de l’Andorre “. En ce sens Maerten a prédit que « l’Europe fera tout son possible pour parvenir à un accord bénéfique pour Andorre et les États membres de l’UE, et nous aborderons les principes communs et les quatre libertés de la libre circulation. »
 
Dans ce groupe de discussion, d’autres intervenants ont participé, comme Francisco Jose Montiel, associé principal de fiscalité de Deloitte; Marc Maresceau, professeur de droit international à l’Université de Gant et spécialiste dans les accords entre les micro états et l’UE; et Vladimir Fernández, directeur associé de Crowe Horwath. La table a été animée par le consultant du gouvernement d’Andorre pour l’UE, Joaquim Llimona.
 
Camp: « Le nombre d’entreprises a augmenté de 38,2% au premier trimestre 2017 »
Le ministre du Commerce et du Tourisme d’Andorre, Francesc Camp, et le secrétaire d’Etat espagnol pour l’UE, Jorge Toledo, ont fermé les conférences. Camp a indiqué certaines données économiques positives comme la croissance, pour la quatrième année consécutive, du nombre d’entreprises. Il a aussi annoncé qu’ « au cours du premier trimestre de cette année, l’augmentation est déjà de 38,2%. »

Le ministre a également fait référence à l’accord d’association avec l’UE, « Un accord essentiel pour que l’Andorre devienne un lieu de services à l’exportation grâce à l’accès à l’espace économique avec un marché de plus de 500 millions d’habitants “. En ce qui concerne les réformes du pays dans les domaines économique, financier et fiscal, Camp a expliqué « son double objectif: faire de l’Andorre une plate-forme de services puissante et compétitive qui complète et diversifie notre économie, et avoir en même temps la capacité de montrer au monde que cela est possible en Andorre “.

Au cours de la journée, les attractifs d’Andorre pour les investisseurs et les hommes d’affaires internationaux ont été aussi exposés. Les présentations ont été données par le vice-président du Tourisme dans la Chambre de Commerce d’Andorre, Jordi Daban, par le vice-président d’ACTInn, Andrés López, par le directeur général d’Andorra Turisme, Betim Budzaku, et par l’associé de Manubens Advocats, Salvador Balcells. Le débat a été animé par le directeur général de Ràdio i Televisió d’Andorra, Xavier Mujal.

La conférence était organisée par S&R MB Estratègies Empresarials et MB Comunicació, avec les sponsors de Crèdit Andorrà, Forces Elàctriques d’Andorra (FEDA) et Andorra Telecom, et le support institutionnel du gouvernement d’Andorre, avec la collaboration de la Chambre de Commerce et d’Andorra Turisme.